Le financement du développement et les objectifs de développement durable: quel modèle, pour qui, et par qui ?

ÉVÉNEMENT DU BLOGUE UN SEUL MONDE

Le financement du développement et les objectifs de développement durable : quel modèle, pour qui, et par qui ?

Lundi 18 avril 2016, de 18h à 20h

Salle des Boiseries, Local J-2805, Pavillon Judith-Jasmin, UQAM

405 rue Ste-Catherine Est, Métro Berri-UQAM

INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE
http://www.ieim.uqam.ca/spip.php?page…

****************************************************************
RÉSUMÉ

En septembre dernier, les États membres de l’ONU, dont le Canada, ont adopté un nouveau programme de développement durable qui fait suite aux objectifs du Millénaire pour le développement et comprend un ensemble de 17 objectifs et 169 cibles pour mettre fin à la pauvreté, lutter contre les inégalités, et faire face au changement climatique d’ici 2030. En parallèle, des discussions ont lieu quant à la mobilisation des fonds nécessaires pour atteindre ces 17 objectifs mondiaux, notamment lors de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement en juillet 2015 à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Plusieurs saluent les 17 nouveaux objectifs, notamment en raison de leur universalité, soit le fait qu’ils s’appliquent à tous les pays, au Nord comme au Sud, contrairement aux objectifs du Millénaire pour le développement qui s’adressaient uniquement aux pays en développement. Cependant, tous s’entendent à dire que le défi sera la mise en œuvre de ces 17 objectifs mondiaux ; en d’autres termes, le financement. Les regards des bailleurs sont donc tournés vers la mobilisation des fonds nécessaires pour atteindre ces objectifs. L’hypothèse de l’OCDE, notamment lors de sa réunion à haut niveau les 15-16 décembre 2014, et partagée avec bien d’autres intervenants clés, est à l’effet que davantage de financement public et privé, livré de manière plus efficace, sera essentiel pour atteindre l’agenda de l’après-2015. L’attention est donc portée avant tout sur la façon dont la communauté internationale pourra combler ce manque de financement à partir d’apports externes.

Mais pour financer quoi ? De quel agenda de financement s’agit-il ? Quel modèle de développement souhaite-t-on mettre de l’avant ? S’agit-il d’un développement compris d’abord et avant tout comme étant synonyme de croissance économique ? A-t-on pris le temps de faire un bilan critique de l’héritage des réformes proposées par les institutions de financement multilatérales aux pays pauvres et endettés depuis les 20-30 dernières années ? À qui profitera essentiellement un tel modèle et qui le mettra en œuvre ? Plusieurs vantent le processus inclusif ayant mené à l’adoption des objectifs de développement durable, mais le sera-t-il tout autant dans sa mise en œuvre ? Les populations locales concernées seront-elles prises en compte ou mises de côté, comme cela est trop souvent le cas ?